15 août 2012

Si c'était à refaire paru au bulletin le 31 juillet

si c'était

Si c’était à refaire    Marc LEVY         Editions Robert Laffont

 

4ème de couverture

Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, vient de se marier.
Le 9 juillet 2012 au matin, il court le long de l’Hudson River quand il est soudainement agressé. Une douleur fulgurante lui transperce le dos, il s’effondre dans une mare de sang.
Andrew reprend connaissance le 9 mai 2012… Deux mois plus tôt, deux mois avant son mariage.
À compter de cette minute, il a soixante jours pour découvrir son assassin, soixante jours pour déjouer le destin.
De New York à Buenos Aires, il est précipité dans un engrenage vertigineux. Une course contre la montre, entre suspense et passion, jusqu’au dénouement… à couper le souffle.

 

Mon avis

L’intérêt de ce roman d’aventure et de fiction, où le paranormal est imposé d’entrée de jeu par l’auteur, réside dans les enquêtes d’Andrew. Le premier article dénonce un trafic d’enfants en Chine  qui ne peut laisser indifférent. L’analyse psychologique des parents adoptant trompés est extrêmement fine.

L’autre enquête nous emmène en Argentine. Entre courriers, confidences et interviews, l’auteur nous expose les horreurs commises par le gouvernement argentin. Comment un tortionnaire peut-il aussi être un père aimant ?

L’agression subie par Andrew sera l’occasion d’une prise de conscience des conséquences de ses articles sur la vie des gens. Au nom de la vérité a-t-on le droit de détruire ?

L’importance de la mémoire est primordiale dans ce roman. L’homme engrange des quantités d’informations, consciemment ou non, des images, des détails. Un besoin vital, une volonté infaillible pourraient donner accès à toutes ces clés cachées.

Le suspens est présent en permanence et, en même temps que le héros, on cherche l’indice qui permettra ou pas de déjouer le destin. Le lecteur est entraîné dans cette course contre la montre et a aucun moment ne peut abandonner son livre.

Un roman passionnant où réalité et fiction se mêlent. L’auteur laisse une grande liberté d’interprétation  au lecteur qui doit faire la part des choses et ses choix.

Posté par dametartinette à 17:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Si c'était à refaire paru au bulletin le 31 juillet

Nouveau commentaire